Philippe Zislin - peintre/plasticien...

Sous forme d'expressionnisme, entre abstraction et figuration, mes peintures ou mes installations tentent de capter les mouvements de l’humeur. Le temps de la peinture est celui de la transe, trace écrite d'un moment exalté. Elle devient un espace de projection et de retrouvailles avec moi-même avant l'investigation des autres regards. Un thème est récurrent, essentiel: parler de l’être en partant du corps dans ses paradoxes, ses contradictions et ses multiples expériences. L’œuvre réalisée ne présente que la partie visible d’une recherche profonde, inconsciente. Je suis attiré par le mouvement depuis un certain nombre d'années, autant dans mes toiles où la multiplicité des lignes en est une référence, que dans mes installations où des moteurs font vivre des objets inanimés ou encore au travers de performances picturales. Les mouvements sont maintenus dans le cadre des toiles et allant jusqu'à la claustrophobie pour les installations. Celles-ci sont enfermées dans des boites tel un rempart de protection contre toutes atteintes de l’extérieur comme de l’intérieur. Ne sommes-nous pas dans un monde où les pulsions animales de l'homme sont exacerbées ? Puis, mises sous une cloche de sécurité, afin de ne pas les toucher mais en restant visible à tous. Ce qui nous place en tant que "consom-mateur" ou exhibitionniste suivant l'emplacement.

Nous vivons dans un monde où la vitesse peut devenir notre proche quotidien. Le sujet est broyé par ce mouvement, mis en regard, jugé. L'arrêt du temps dans une toile est matière à émotion puisque sa fabrication est intemporelle. Mes toiles transpirent de ce que j'ai pu digérer émotivement. Je montre un combat sans préjuger de sa fin. C'est la raison pour laquelle mes toiles peuvent provoquer un certain malaise qu'on imputera à une introspection ouverte à tous les possibles, jusqu'à l'extrême, corps qui gardent la mémoire de la vie avec ses cicatrices indélébiles. Mais l'existence même de l'art témoigne que les forces de destruction contenues peuvent produire une sève violente mais tonique pour la création. En ce sens, je suis iconoclaste et donc implicitement, j’illustre ma liberté. 

Filzed

écrire commentaire

Commentaires: 0

  • loading